L’ISO s’engage en faveur de l’égalité des sexes

Dans un monde conçu par les hommes, l’ISO a fait un grand pas en avant en faveur de l’égalité des sexes et de la réalisation de l’ODD 5 grâce à son ambitieux Plan d’action pour l’égalité des sexes.

Lu en quelques minutes
Publié le
Partager sur , ,

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi un homme n’a aucun mal à soulever un sac de ciment standard, contrairement à une femme ? Ou pourquoi une brique tient parfaitement dans la main d’un homme, alors qu’il est difficile pour une femme de la saisir d’une seule main ? La réponse est évidente : parce que nous vivons dans un monde d’hommes. Ce constat n’a rien de surprenant, d’autant que cette réalité se manifeste dans toutes les sphères de la vie, de la construction immobilière à la structure de nos systèmes financiers et politiques.

La promotion de l’égalité des sexes entraînerait une augmentation du PIB par habitant de l’UE de EUR 1 950 à 3 150 milliards.

La nécessité d’une action plus concrète en matière d’égalité des sexes est donc plus que jamais d’actualité. En 2019, l’indice de l’égalité des sexes au regard des ODD a ainsi révélé qu’aucun pays de la planète ne parviendrait à atteindre l’égalité entre femmes et hommes d’ici à 2030. Deux ans plus tard, le Global Gender Gap Report 2021 (Rapport sur les inégalités femmes-hommes dans le monde), publié par le Forum économique mondial indique que 36 années supplémentaires ont été ajoutées au temps nécessaire pour combler le fossé entre les sexes, ce qui repousse d’une génération l’établissement d’une société paritaire.

L’Organisation mondiale du commerce, dans l’édition 2021 de son Forum public, confirme cette sombre constatation. L’OMC reprend les chiffres de l’Organisation internationale du travail (OIT) indiquant que les pertes d’emploi mondiales s’élèvent à 114 millions de postes par rapport au niveau de 2019, les femmes étant plus durement touchées que les hommes avec une baisse de l’emploi féminin de 5 %. Malgré quelques événements marquants, comme l’adoption de la nouvelle Constitution du Chili, la première à avoir été rédigée par un nombre égal d’hommes et de femmes, les femmes se heurtent toujours à d’énormes difficultés.

Female political deputy makes a speech at conference.

Croissance économique

L’égalité des sexes est essentielle au développement durable et inclusif. Rien d’étonnant donc à ce que l’un des 17 Objectifs de développement durable des Nations Unies (l’ODD 5) soit dédié à cette question. Selon les termes de cet objectif : « L’égalité des sexes n’est pas seulement un droit fondamental à la personne, elle est aussi un fondement nécessaire pour l’instauration d’un monde pacifique, prospère et durable. » Pourtant, comme l’a souligné ONU-Femmes, de la politique au divertissement en passant par le lieu de travail, les femmes et les filles du monde entier sont largement sous-représentées.

L’égalité des sexes, en plus d’être un droit humain fondamental, a un effet économique vertueux avéré sur la société. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. L’Institut européen pour l’égalité entre les hommes et les femmes (EIGE) affirme par exemple que, d’ici 2050, la promotion de l’égalité des sexes entraînerait une augmentation du PIB par habitant de l’UE de 6,1 % à 9,6 %, soit entre EUR 1 950 et 3 150 milliards. Autre effet positif : la création de 10,5 millions d’emplois supplémentaires à l’horizon 2050, ce qui profiterait aussi bien aux femmes qu’aux hommes.

Réduire les inégalités entre les sexes permettrait de stimuler la croissance économique mondiale de plus de 4 %, comme le souligne l’initiative International Gender Champions lancée en 2015. Ce réseau de dirigeants issus de plus de 60 pays (dont fait partie Sergio Mujica, Secrétaire général de l’ISO) réunit des leaders hommes et femmes déterminés à faire de l’égalité des sexes une réalité dans leurs secteurs ou sphères d’influence.

Une nouvelle stratégie

Si les avancées ont été lentes, la pandémie a renforcé l’urgence d’agir. À l’instar de nombreuses autres organisations, l’ISO a décidé de relever le défi en portant haut le flambeau de l’égalité des sexes dans l’ensemble de ses activités, à travers une démarche organisationnelle stratégique qui entend faire avancer concrètement les choses, le Plan d’action pour l’égalité des sexes. Comme la normalisation touche à presque toutes les sphères de notre vie, l’ISO a parfaitement conscience du rôle essentiel qu’elle et ses membres ont à jouer pour faire progresser l’égalité hommes-femmes. Les normes facilitent les échanges commerciaux, contribuent à réduire les coûts et soutiennent l’innovation. Cependant, si l’on veut qu’elles répondent efficacement aux défis actuels et futurs, elles doivent pleinement intégrer la lutte contre les inégalités de genre, notamment pour des raisons de sécurité.

« À l’ISO, nous considérons que les Normes internationales sont des outils essentiels pour réduire les inégalités, assurer une plus grande durabilité et soutenir une croissance économique inclusive. Elles peuvent apporter une contribution majeure aux Objectifs de développement durable des Nations Unies, notamment à l’ODD 5 (Égalité entre les sexes) », affirme M. Mujica.

Les préjugés sexistes peuvent avoir un impact considérable sur la santé des femmes. Un rapport publié dans Fierce Healthcare souligne à quel point les stéréotypes peuvent donner lieu à des traitements médicaux potentiellement dangereux, qu’il s’agisse de prendre en charge les maladies cardiovasculaires, les problèmes de santé mentale ou la douleur. Le fait que les équipements soient globalement conçus et testés par des hommes expose davantage les femmes aux accidents du travail et aux risques sanitaires. Au Royaume-Uni, par exemple, un rapport du Trades Union Congress (TUC)a établi que les équipements de protection individuelle, généralement déjà peu adaptés aux femmes, l’étaient encore moins pour celles travaillant dans les services d’intervention d’urgence. Ainsi, gilets pare-balles, vestes de protection contre les armes tranchantes, et gilets et vestes de protection à haute visibilité sont considérés comme inadaptés à la morphologie féminine.

Two female mechanics examine an open jet engine in an aircraft hangar.

Travaux en cours

79 %

des comités qui ne tiennent pas compte du genre estiment que cette question n’est pas pertinente pour leur secteur

Atteindre la parité hommes-femmes est pour nous une priorité de longue date. En 2019, l’ISO a démontré son engagement et celui de nombre de ses membres à poursuivre l’action en faveur de l’égalité des sexes en signant la Déclaration de la CEE-ONU sur les normes tenant compte des questions de genre. Avec son Plan d’action pour l’égalité des sexes, qui englobe l’ensemble de ses activités, définit des initiatives et fixe des objectifs ambitieux pour soutenir l’égalité des sexes dans la normalisation, l’ISO est désormais l’une des principales organisations actives sur ce terrain.

Nous sommes conscients qu’il n’y a pas de solution miracle à ce problème et que le nouveau plan stratégique sera amené à évoluer au fil du temps afin d’obtenir les meilleurs résultats. La première phase (2019-2021) a permis de faire le point ; la deuxième phase (2021-2023) consiste à s’attaquer aux problèmes. En outre, puisque ce plan est considéré comme un document évolutif, les actions seront contrôlées et mises à jour régulièrement, en ayant toujours pour ligne de mire les aspirations futures. M. Mujica explique : « Ces efforts de l’ISO s’inscrivent dans un processus continu que nous améliorerons sans cesse. »

Dans le cadre de ce processus, la toute première enquête sectorielle de référence a été conduite afin de déterminer si et comment les comités techniques de l’ISO tiennent compte des spécificités de chaque sexe dans l’élaboration des normes. Comme mentionné ci-dessus, il est généralement admis que les normes sont en grande partie élaborées par des hommes pour des hommes, et que les femmes sont sous-représentées dans les comités techniques. Les résultats de l’enquête, fruit d’un partenariat entre l’ISO et l’IEC[1] sous l’égide du Groupe consultatif stratégique mixte (JSAG), offrent matière à réflexion. Les réponses des 356 participants révèlent un manque de sensibilité à ces questions dans l’élaboration des normes et montrent que le chemin à accomplir en la matière est encore long.

Encore plus décevant, 79 % des comités ayant indiqué ne pas tenir compte du genre estiment que cette question n’est pas pertinente pour leur secteur. Par ailleurs, les personnes interrogées indiquent que 50 % des membres de comités n’ont pas abordé le sujet. Un point de vue récurrent parmi les observations reçues est que les normes techniques « ne sont pas une question de genre ».

En outre, une enquête ISO sur la représentation hommes-femmes conclut que, si les chiffres ne sont pas trop mauvais s’agissant des travaux techniques, en particulier au niveau de la gestion des comités, cela ne se traduit pas toujours par des normes tenant compte des spécificités hommes-femmes. Il est important d’équilibrer la représentativité afin de garantir l’égalité des chances et de donner à entendre des voix différentes, mais les normes elles-mêmes ne tiennent pas nécessairement compte de la dimension du genre.

L’égalité des sexes est essentielle au développement durable et inclusif.

Les étapes à suivre

Cependant, les plus grands défis peuvent aussi se transformer en opportunités majeures. Les résultats de l’enquête soulignent la nécessité de sensibiliser davantage à l’importance du genre dans la normalisation. Dans cette optique, l’ISO et l’IEC entendent continuer à recueillir des données sur la représentativité pour mieux comprendre l’ampleur de ces défis. La diffusion des connaissances et le partage des meilleures pratiques entre nos membres du monde entier étant essentiels, l’ISO a mis en place, pour faciliter cette démarche, un Réseau des points focaux sur les questions hommes-femmes, qui constitue un autre élément clé du Plan d’action pour l’égalité des sexes.

Cette année, l’ISO a accueilli la première réunion de cette nouvelle plateforme afin d’impliquer ses membres dans la mise en œuvre du Plan d’action pour l’égalité des sexes, l’objectif final étant de faire en sorte que la normalisation réponde de façon égalitaire aux besoins des hommes et des femmes. Par sa participation à l’initiative International Gender Champions, M. Mujica s’est engagé à faire progresser la contribution des femmes dans le monde de la normalisation, que ce soit au sein des comités techniques de l’ISO, par l’intermédiaire des membres de l’ISO ou au Secrétariat central de l’ISO.

Kylie Schumacher, Manager du comité technique ISO/TC 272, Criminalistique, a ainsi déclaré : « Je suis extrêmement fière de participer à une communauté qui défend la diversité et l’égalité, et je me réjouis de travailler aux côtés d’un nombre croissant de jeunes femmes professionnelles dans l’univers de la normalisation au cours des années à venir. » Toutefois, même s’il est reconnu que les femmes excellent de plus en plus dans de nombreux domaines scientifiques, leur potentiel n’est pas encore pleinement exploité.

Nous savons qu’il reste beaucoup de chemin à parcourir, mais nos nouvelles initiatives visent à incorporer l’égalité des sexes au cœur même de nos activités, et notre objectif d’inclusion et de diversité fait désormais partie intégrante de la Stratégie de l’ISO, approuvée par ses membres.

La collaboration, la communication et l’engagement sont des composantes essentielles de la mission de l’ISO, qui consiste à apporter des solutions aux défis mondiaux. Si la pandémie nous a enseigné de nombreuses leçons, l’une des plus importantes est peut-être que, en travaillant ensemble, nous pouvons aller loin. « L’égalité des sexes est une priorité pour l’ISO », indique M. Mujica. « Nous nous engageons à 100 % à accroître la participation des femmes dans la normalisation et à intégrer les questions relatives aux spécificités hommes-femmes dans le processus d’élaboration des normes. Mais l’ISO ne peut y parvenir sans la détermination et le concours de ses partenaires, de ses membres et de ses experts. »

Aussi, la prochaine fois que vous verrez une femme enceinte lutter pour ajuster sa ceinture de sécurité autour de son ventre, vous trouverez peut-être un certain réconfort dans l’idée que les normes régissant le monde de ses enfants (tout au moins), quel que soit leur sexe, auront été conçues de manière plus équitable, ce qui laisse présager un avenir plus sûr, plus inclusif et plus durable pour tous.

  1. La Commission électrotechnique internationale (IEC) élabore des Normes internationales dans tous les domaines de l’électrotechnique.

¿Hablas español?

Este artículo ha sido traducido por nuestro miembro español y se puede descargar en versión PDF.

Descargar

会说中文吗

本文已由我们的中国成员翻译,可下载中文PDF版本。

下载中心
contact pour la presse

press@iso.org

Journaliste, blogueur ou rédacteur ?

Vous souhaitez obtenir des informations exclusives sur les normes, ou simplement en savoir plus sur ce que nous faisons ? Contactez notre équipe ou consultez notre dossier médias.

Suivez l'actualité de l'ISO

Inscrivez-vous à notre Newsletter (en anglais) pour suivre nos actualités, points de vue et informations sur nos produits.