Passer au contenu principal

Cet article appartient à nos archives. 

Le GOST R (Russian Federal Agency on Technical Regulating and Metrology) accueillera la 36e Assemblée générale de l’ISO, à Saint-Pétersbourg, Russie, du 16 au 21 septembre 2013.

Le Président du GOST R, Grigory Elkin, explique ce qui a amené ce membre de l’ISO à vouloir organiser l’édition de cette année et en quoi l’engagement de la Russie pour les solutions mondiales que représentent les Normes internationales est plus fort que jamais.

Grigory Elkin, Président du GOST R.

ISO Focus+: Avant de parler de la 36e Assemblée générale de l’ISO, pourriez-vous nous décrire brièvement quelle est la mission du GOST R et comment cet organisme a évolué au fil du temps ? Comment voyez-vous votre position de leader dans des domaines comme l’aéronautique et l’aérospatiale, l’industrie pétrolière et le gaz, mais aussi les manèges et les dispositifs de divertissement ?

G.I. Elkin: L’organisme national de normalisation de la Fédération de Russie a été fondé en 1925 à l’époque de l’URSS. La normalisation était déjà un moteur efficace de développement économique en Union soviétique. Les révolutions scientifiques et techniques qui sont intervenues plus tard, dans les années 1950 et 1960, n’ont fait qu’accroître le rôle des normes, et il est dès lors devenu indispensable, pour développer les échanges commerciaux avec d’autres pays, de nouer des partenariats internationaux en matière de normalisation.

Aujourd’hui, il est important que le monde des affaires apporte sa contribution à l’élaboration des normes nationales – lesquelles peuvent être harmonisées avec les Normes internationales – pour que l’économie russe se modernise et que l’industrie russe soit mieux à même de se réinventer et de gagner en compétitivité. La coopération avec les organisations internationales de normalisation et de métrologie est donc au coeur des activités de Rosstandart.

L’URSS, qui regroupait autrefois la Fédération de Russie, fut l’un des membres fondateurs de l’ISO ; c’est pourquoi le russe compte parmi les trois langues officielles de l’Organisation, avec l’anglais et le français. Dans le système ISO, Gosstandart, l’organisme de normalisation étatique d’alors, tout comme Rosstandart, qui lui a succédé, sont désignés par l’acronyme GOST R, le « R » signifiant « normes nationales russes ». Depuis le début de l’ISO, le GOST R a toujours participé activement à la vie de l’ISO, qui lui doit trois Présidents : A.E. Vyatkin (1962-1964), V.V. Boytsov (1977-1979) et, plus récemment, B.S. Aleshin (2011-2012). Au fil des années, des experts russes ont travaillé à tous les niveaux de l’Organisation : Conseil de  l’ISO, Bureau de gestion technique (TMB), Secrétariat central et comités techniques. En outre, le GOST R est membre des comités de l’ISO : ISO/DEVCO, ISO/CASCO, ISO/COPOLCO et ISO/REMCO.

La Russie entend participer plus activement aux comités techniques de l’ISO. Ces dernières années, la réunion plénière de l’ISO/TC 254, Sécurité des manèges et des dispositifs de divertissement, – une initiative de la Russie – et les réunions de l’ISO/TC 20/SC 8, Terminologie aéronautique, et de l’ISO/TC 67, Matériel, équipement et structures en mer pour les industries pétrolière, pétrochimique et du gaz naturel, se sont tenues sur le sol russe. Nous avons également accueilli la réunion de lancement de l’ISO/TC 67/SC 8, Opérations en Arctique. Cette année, une réunion est prévue en 2013 de l’ISO/TC 20/SC 10, Systèmes aérospatiaux de fluides et éléments constitutifs, et, l’an prochain, la plénière de l’ISO/TC 20, Aéronautique et espace. Nous cherchons non seulement à jouer des rôles moteurs dans ces comités techniques, mais prévoyons aussi d’aborder d’autres domaines importants comme la fiabilité systématique dans l’ingénierie électrique.

Pour appuyer l’économie russe, Rosstandart se charge de la version russe des normes ISO existantes. Le serveur de l’ISO compte déjà plus de 1 800 normes traduites par nos soins, et la section russe du Portail de l’ISO est maintenant opérationnelle.

ISO Focus+: Qu’est-ce qui a motivé la Russie à accueillir l’Assemblée générale 2013 ? Et pourquoi avoir choisi Saint-Pétersbourg plutôt que d’autres grandes villes ?

G.I. Elkin: L’expansion rapide du rôle de la normalisation internationale dans notre pays, en particulier depuis que nous avons rejoint l’Organisation mondiale du commerce (OMC), est notre première motivation, avec la mondialisation du commerce, l’échange des technologies et des idées scientifiques, et le renforcement des partenariats économiques.

L’Assemblée générale de l’ISO 2013 est à nos yeux une étape importante pour la Russie – il s’agit avant tout d’un moyen de promouvoir la normalisation internationale au sein de notre pays, mais aussi d’encourager le monde des affaires à participer à la création des normes. Le fait que l’Assemblée générale de l’ISO se tienne en Russie vient conforter l’autorité croissante du pays dans le domaine de la normalisation internationale.

Le choix de Saint-Pétersbourg pour accueillir l’événement n’est pas anodin, cette ville étant l’un des plus grands pôles scientifiques et industriels du pays. Le tissu économique de Saint-Pétersbourg est composé à l’heure actuelle de plus de 700 grandes et moyennes entreprises. La ville compte également plus de 400 organisations scientifiques et largement plus de 130 000 spécialistes hautement qualifiés.

Mais le potentiel scientifique et industriel n’est pas le seul atout de Saint-Pétersbourg, car cette « capitale maritime de la Russie », comme on la nomme aussi, abrite un riche patrimoine historique et culturel, qui est intimement enraciné dans l’histoire de l’État russe. C’est avec la création de Saint-Pétersbourg, par exemple, que Pierre Le Grand a ouvert une fenêtre sur l’Europe et sur le reste du monde. Aujourd’hui, cette ville, qui est le creuset de la culture russe, sert d’écrin à de magnifiques monuments historiques.

ISO Focus+: Le GOST R a décidé de consacrer une séance publique à la durabilité durant la semaine de l’Assemblée générale. Qu’attendezvous de cette séance ? Pourriez-vous nous dire quelques mots sur l’approche de la Russie en matière de durabilité et ce que fait le GOST R
pour contribuer à cet effort ?

G.I. Elkin: Dans la Fédération de Russie, comme dans tous les autres pays, le développement durable est considéré comme le seul moyen pour la société de prospérer sans dilapider les ressources naturelles de la planète et de protéger l’environnement. Le développement durable demande beaucoup d’efforts et d’investissements, mais il est crucial de s’engager pour la conservation des ressources naturelles afin que les générations futures puissent en bénéficier.

La normalisation contribue à ce processus. Les Normes internationales permettent aux pays de coordonner leurs efforts à l’échelon international pour aborder des problèmes d’ampleur mondiale qu’ils ne pourraient résoudre chacun de leur côté.

À l’occasion de cette séance publique, nous espérons rassembler des participants de différents pays, notamment des personnalités du monde des affaires, qui apporteront des suggestions innovantes, partageront leurs expériences de l’application des Normes internationales sur le développement durable, et discuteront des nouvelles orientations à prendre dans le domaine de la normalisation.

Nous entendons aborder des thématiques clés comme la facilitation du commerce, la qualité de vie, l’innovation, la protection de l’environnement, les technologies de l’information et l’enseignement, en mettant l’accent sur ce que devraient être la normalisation et le modèle économique de l’ISO pour assurer une situation stable à tous les niveaux, et en particulier dans les secteurs précités.

Le rôle de Rosstandart consistera à appuyer l’ISO dans ses efforts pour l’élaboration et la diffusion de Normes internationales qui abordent la question du développement durable. Ces dernières années, l’ISO et la CEI ont mis au point des centaines de normes pour promouvoir le développement durable dans des domaines comme le management environnemental, le management de la qualité, le management de l’énergie et la responsabilité sociétale. Rosstandart a participé activement à la préparation de ces documents. À présent, les réglementations techniques adoptées par la Fédération de Russie et l’Union douanière concernant les dispositions de sécurité, la protection de l’environnement, l’efficacité énergétique et la préservation des ressources sont en parfait accord avec cette stratégie de développement durable.

ISO Focus+: Ce n’est pas la première fois que la Russie accueille l’Assemblée générale de l’ISO. Quels changements se sont produits depuis la dernière assemblée en 1967 à Moscou et que souhaiteriez-vous que les délégués retiennent de leur visite de 2013 ?

G.I. Elkin: L’organisation de l’Assemblée générale de l’ISO en 1967 était une décision du Parti et du Gouvernement actuel. C’était alors l’URSS, un tout autre pays. Aujourd’hui, l’économie russe est une économie de marché. La Russie a rejoint l’OMC et doit donc respecter les règles qui régissent le marché mondial et visent principalement à faciliter les échanges internationaux. Les Normes internationales, qui représentent l’état de l’art dans les disciplines scientifiques et technologiques, la qualité, la fiabilité, la sécurité et la durabilité, sont un moyen efficace d’étalonner les performances compétitives des produits et services.

J’espère que les délégués présents à l’Assemblée générale de l’ISO 2013 non seulement participeront activement aux discussions sur les enjeux stratégiques importants de la normalisation internationale, mais qu’ils garderont aussi un souvenir inoubliable de Saint-Pétersbourg, notre « Venise du Nord », de l’hospitalité russe, de l’atmosphère chaleureuse et de la bonne organisation de cet événement.

ISO Focus+: Comment voyez-vous l’activité du GOST R dans les cinq prochaines années ? D’après vous, quelles nouvelles directions prendra l’Organisation ?

G.I. Elkin: Depuis que la Russie est membre de l’OMC, Rosstandart a élargi le champ de ses activités en appuyant le développement des réglementations techniques, la croissance économique, la compétitivité des produits et la protection des consommateurs dans le pays.

Le projet visant à développer un système national de normalisation d’ici 2020 a été approuvé par le gouvernement de la Fédération de Russie en 2012. À l’heure actuelle, la mise à jour de notre catalogue de normes nationales a atteint les 8 % – un taux similaire à celui des pays développés – mais nous prévoyons de hisser la barre à 10 % ou 12 % et de renforcer l’harmonisation entre les normes nationales russes et les Normes internationales jusqu’à atteindre 70 %.

Les travaux en vue de la préparation d’une loi fédérale sur la normalisation pour la Fédération de Russie ont été lancés en 2012 et suivront très attentivement les recommandations de l’ISO et d’autres organisations internationales. Cette nouvelle loi définira le rôle de la politique de l’État en matière de normalisation et permettra de recourir à des normes nationales tout en accélérant et en simplifiant le développement de lois et de réglementations.


Informations associées

Contact

Default ISOfocus
Elizabeth Gasiorowski-Denis

+41 22 749 03 25

Press Contact


Journaliste, blogueur ou rédacteur ?

Vous souhaitez obtenir des informations exclusives sur les normes, ou simplement en savoir plus sur ce que nous faisons ? Contactez notre équipe ou consultez notre dossier médias.

Suivez l'actualité de l'ISO

Inscrivez-vous à notre Newsletter (en anglais) pour suivre nos actualités, points de vue et informations sur nos produits.